Cet article est utile ?
Flightright avis

Au moment de partir en vacances, on s’attend à ce que tout se passe pour le mieux, mais on n’est pas toujours à l’abri de désagréables surprises. Une partie de ces dernières est liée surtout au domaine du transport aérien. C’est le cas du retard, d’annulation et du surbooking. De tels désagréments vous permettent d’exercer votre droit de demander un dédommagement financier auprès de compagnies que vous avez choisie. Pour que celle-ci puisse aboutir rapidement, rien ne vaut le passage par un site spécialisé comme Flightright. Voici notre avis concernant ce dernier.

Qu’est-ce que Flightright ?

Comme de nombreux voyageurs en avion, Philipp Kadelbach a déjà fait l’expérience d’un retard de vol. Cela lui a permis de se rendre compte que les droits des voyageurs ne sont pas toujours respectés dans de telles circonstances. Certes, certains font tout leur possible pour faire valoir leurs droits, mais la plupart se résignent au moment de constater que les compagnies n’ont pas donné sur à leur demande. Pourtant, ils ont réellement droit à des compensations financières.

Ce constat a conduit l’homme d’affaires allemand à créer Flightright en 2010. Comme son nom le laisse déjà savoir, ce dernier a pour vocation la prise en charge des démarches pour le respect de droit au dédommagement des voyageurs victimes de refus d’embarquement, de retard ou d’annulation de vol. Ses débuts n’étaient pas faciles, les compagnies européennes ayant l’habitude de ne pas céder face à de telles réclamations.  Les affaires se poursuivaient ainsi généralement au tribunal. La persévérance de Philipp et son équipe ont au cependant raison des compagnies et depuis, il leur était plus facile d’obtenir gain de cause pour leurs clients.

Après ses débuts difficiles, Flightright est devenu un des leaders dans son domaine aux côtés de AirHelp et a pu ainsi s’implanter en dehors d’Allemagne. Son effectif actuel est composé de pas moins de 100 personnes.

Comment ce site fonctionne-t-il ?

Nous avons expérimenté le site pour bien répondre à cette question. Quelques étapes vous suffisez pour savoir si votre demande est recevable ou non :

  • Rendez-vous sur le site et choisissez, si nécessaire, une langue
  • Indiquez votre aéroport de départ et celui d’arrivée
  • Répondez au questionnaire pour faire connaître la date du vol, l’existence ou non de correspondance, votre numéro de vol, entre autres.

Après que vous ayez passé par ces étapes en 3 minutes chrono, il ne vous reste plus qu’à attendre 2 minutes au plus, le temps de l’analyse de la recevabilité de votre simulation par l’algorithme de la plateforme. Si votre demande est considérée comme recevable, ce sera l’équipe de Flightright qui s’occupera de procédures juridiques, judiciaires et administratives à votre place. De votre côté, vous n’avez qu’à attendre le dénouement.

La durée de cette attente peut être plus ou moins longue en fonction de la complexité des dossiers. Les affaires les moins complexes peuvent nécessiter seulement quelques semaines. Des mois d’attente peuvent, par contre, être nécessaires pour celles présentant une certaine complexité. Une chose est cependant sûre : avec Flightright, votre demande a plus de chance de mieux aboutir.

Quelles conditions remplir pour espérer un remboursement ?

Vous perdrez cependant votre temps sur le site si vous ne répondez pas aux conditions exigées par le règlement CE 261/2004 pour l’obtention d’une compensation suivantes :

  • Localisation au sein de l’UE de l’aéroport d’arrivée ou de départ et du siège de la compagnie aérienne choisie.
  • Réservation déjà confirmée
  • Siège effectivement à votre nom
  • Responsabilité de la compagnie aérienne

Mais dans quels cas peut-on prétendre à une compensation ? Il y a, en premier lieu, le retard. Ce dernier ne vous donne pas le droit à un remboursement s’il est de moins de 3 heures par rapport à l’heure qui a été précisée. À noter tout de même que les négociations prennent souvent une tournure plus complexe aux États-Unis, alors qu’elles se déroulent généralement bien en Europe.

En second lieu se trouve l’annulation de vol qui peut être provoquée, entre autres, par le mauvais temps ou des grèves. Vous aurez droit à une indemnisation dans ce cas si l’annulation n’a eu lieu que dans les deux semaines qui précèdent le vol.

Mais qu’en est-il en ce qui concerne le surbooking ou le refus d’embarquement ? Vous pourrez prétendre à une compensation s’il s’agit d’un refus d’embarquement qui n’est pas lié à votre volonté.

Gratuit en cas d’échec, mais payant en cas de succès

À la question « Flightright est-il un service payant ou gratuit ? », la réponse dépend du résultat de prise en charge de la demande par l’entreprise. Il se peut que malgré son intervention, cette dernière ne parvienne pas à obtenir un dédommagement de la part de la compagnie aérienne. Dans ce cas, elle ne réclame rien venant de vous et ses prestations sont totalement gratuites. Si ses démarches ont abouti à un succès, vous vous ferez verser votre dédommagement après déduction d’une commission par Flightright. Celle-ci représente 27% de l’indemnisation brute à laquelle s’ajoute une TVA sur cette indemnisation. Il n’y a donc aucun risque à prendre en passant par cette plateforme. Ces frais sont légèrement supérieures a ceux que l’on peut trouver sur Airhelp.

Notre avis définitif sur la plateforme

Rien qu’en lisant la phrase qui vient d’être citée, nous pensons qu’il n’y a aucune raison de ne pas passer par Flightright. Ce sont même les raisons qui devront vous inciter à l’utiliser qui sont les plus nombreuses :

  • Simplicité et rapidité
  • Coût plus réduit (en cas de succès) que celui du passage par un avocat
  • Important gain de temps
  • Esprit tranquille après avoir fait une demande sur le site
  • Efficacité prouvée, avec le dépassement actuel du cap de 200 000 euros de dédommagement total depuis la création de la plateforme